Comment équilibrer l’offre et la demande d’oxygène aux soins critiques

Chapitre Progress:

Astuces pour équilibrer l’offre et la demande d’oxygène

1. Prendre soin de son patient, pas de la routine de votre département.
2. Toujours s’assurer si votre patient bénéficie d’un approvisionnement en oxygène suffisant pour répondre à la demande des interventions de soins critiques.
3. Communiquer à votre équipe si le déséquilibre entre l’offre et la demande d’oxygène n’est pas corrigé par vos interventions ; ne tardez pas.

Les concepts de base pour améliorer l’offre en oxygène et diminuer la demande en oxygène

Prendre soin d’un patient gravement malade peut sembler être un exercice périlleux. Collaborer avec le patient pour l’aider à rétablir l’équilibre entre l’offre et la demande en oxygène du système est l’essentiel des soins prodigués à de nombreux patients en phase aiguë. Vous trouverez ci-dessous quelques mesures pratiques pour augmenter l’offre et diminuer la demande afin de répondre aux besoins métaboliques. Les pages suivantes approfondiront ce tableau.1

Apport d’oxygène

L’objectif est de maximiser l’apport en oxygène par ces mécanismes afin de répondre aux besoins de l’organisme.

Oxygénation

  • Niveau d’O2 – Fraction d’O2 inspiré (FiO2)
  • Le transport de l’O2 – Hémoglobine et pH

Ventilation

  • Fréquence – Respirations par minute
  • Volume – Quantité d’air entrant et sortant

Maximiser le débit cardiaque

  • Pompe – Éjection du sang
  • Plomberie – Tonus des vaisseaux sanguins
  • Réservoir – Volume de sang suffisant
  • Vitesse – Le nombre de battements par minute n’est ni trop élevé ni trop bas

Demande en oxygène

L’objectif est de maximiser l’apport en oxygène par ces mécanismes afin de répondre aux besoins de l’organisme.

  • Les stresseurs physiologiques
    • Douleur/inconfort – augmente les demandes de 02
  • Les stresseurs psychologiques
    • Anxiété – Augmente la demande de 02 de l’organisme
  • Demande métabolique
    • Trop froid – Les frissons augmentent la demande métabolique
    • Trop chaud – La hausse de la température augmente la demande de 02

Voici quelques exemples des différences entre les soins courants et les soins critiques en ce qui concerne l’offre et la demande d’oxygène pour un patient atteint de COVID-19.


Étude de cas

Un homme de 55 ans est admis aux soins intensifs pour hypoxie et hypercapnie graves secondaires à la COVID-19. Il est intubé et ventilé mécaniquement. Il est sous sédation.

L’infirmière précédente vous a indiqué dans son rapport que la SPO2 du patient chute de 95% à 81% avec tout type de mouvement passif ou actif. Vous remarquez que ses talons deviennent rouges à cause de la même position.

Soins de routine

  • Élever les talons
  • Tourner q4h ou plus souvent pour compenser les zones de pression
  • Vous pouvez examiner le patient sans interrompre l’oxygénation

Soins critiques

  • Se procurer un matelas gel/air
  • Ne tourner qu’en cas de besoin, tout en évaluant la réponse du patient à l’oxygénation/ventilation à chaque fois
  • Dans les cas extrêmes, les patients ne sont pas mobilisés pendant tout un quart de travail en raison de problèmes d’oxygénation/ventilation
  • Regrouper les soins lorsque c’est possible

Étude de cas – Mise à jour

Lorsque vous êtes dans la chambre du patient. Vous avez regroupez les soins pour limiter votre exposition et vous remarquez que sa fréquence respiratoire est passée de 22 à 28 minutes.

Soins de routine

  • Écouter les poumons
  • Observer les efforts respiratoires
  • Vérifier la SPO2
  • Soulager la douleur*
  • Appeler un médecin

Soins critiques

  • Ausculter les poumons
  • Observer les efforts respiratoires
  • Vérifier la SPO2
  • Aspiration
  • Physio thoracique*.
  • Augmenter l’oxygène du ventilateur*.
  • Augmenter le PEEP*.
  • Faire un gaz artériel
  • Vérifier la pression sanguine
  • Vérifier les lactates
  • Augmenter les perfusions de sédatifs*.
  • Augmenter les perfusions d’analgésiques*.
  • Évaluer si les réglages du ventilateur sont appropriés

*Si nécessaire

Lorsque vous êtes dans la chambre du patient et que vous regroupez les soins pour limiter l’exposition, vous remarquez que sa fréquence respiratoire passe de 22 à 28 minutes.


Position ventrale

Essentiellement, cela permet d’améliorer la circulation sanguine et de recruter des alvéoles qui sont généralement localisées dans la région postérieure. Cette intervention est pratiquée à la fois pour les patients intubés et non intubés.2-3

Comment utiliser la position ventrale

Il s’agit d’un travail d’équipe. Pour plus de détails, consultez les directives locales.

En attendant, jetez un coup d’œil sur les pratiques utilisées au Danemark.

Pour plus d’informations sur la pratique ventrale

Logistique de la position ventrale sur EMCrit

Position ventrale pour un patient COVID conscient – Lignes directrices du ICS

Autres méthodes

Inhalation d’Oxyde nitrique (NO) 

Cette méthode permet de vasodilater les vaisseaux sanguins pulmonaires afin d’offrir plus de possibilités de ventilation/oxygénation. Le NO est administré via le ventilateur mécanique.4

Références

  1. Gillespie & Shackell (2017). Exploring the oxygen supply and demand framework as a learning tool in undergraduate nursing education. Nurse Education Pract. 2017:27:107-113. doi:10.1016/jnepr.2017.08.022
  2. Farkus. (2016). PulmCrit Wee- Proning the non-intubated patient. https://emcrit.org/pulmcrit/proning-nonintubated/
  3. P. Pelosi, L. Brazzi, L. Gattinoni. European Respiratory Journal Oct 2002, 20 (4) 1017-1028; DOI: 10.1183/09031936.02.00401702
  4. Karam, O., Gebistorf, F., Wetterslev, J. and Afshari, A. (2017), The effect of inhaled nitric oxide in acute respiratory distress syndrome in children and adults: a Cochrane Systematic Review with trial sequential analysis. Anaesthesia, 72: 106-117. doi:10.1111/anae.13628

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *