Transmission de la COVID-19

Chapitre Progress:

Astuces concernant la transmission dans COVID-19

1. Nous sommes encore en train d’apprendre la transmission de la COVID-19
2. Les meilleures données disponibles ont montré que la transmission de la COVID-19 se fait à partir de gouttelettes
3. La transmission par des objets inanimés (fomite) est souvent oubliée et considérée comme un facteur majeur de transmission de la maladie

Pourquoi cette question est importante pour les infirmières

La toux et les éternuements produisent-ils des gouttelettes ou se propagent-ils dans l’air ? Quelle quantité du virus est transmise ? Personne ne peut répondre à cette question. La meilleure façon de le vérifier est : À quelle concentration de virus êtes-vous réellement et vraisemblablement exposé ?

  • Quelqu’un qui vous parle normalement à 1 mètre de distance
  • Faire un prélèvement nasopharyngé, en sachant très bien que la personne pourrait éternuer si on lui met un écouvillon dans le nez
  • Un patient qui tousse activement et qui est gravement malade

Il n’y a pas de solution unique.

Évaluation des risques au chevet du patient. Compte tenu de l’incertitude entourant COVID-19 et de la menace qui pèse actuellement sur les travailleurs de la santé au Canada, la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers (FCSII) reconnaît l’importance cruciale de l’évaluation des risques au chevet du patient (ERCP), une activité qui repose sur le jugement professionnel de chaque infirmière ou infirmier (c’est-à-dire les connaissances, les compétences, le raisonnement et la formation). L’ERCP repose sur le principe selon lequel chaque travailleur de la santé est le mieux placé pour déterminer l’équipement de protection individuelle (ÉPI) approprié requis en fonction de la situation et de ses interactions avec le patient. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Par exemple : Si une ligne directrice prévoit des précautions contre les gouttelettes, mais qu’un patient éternue et tousse activement, il peut être approprié d’escalader le niveau de sécurité de votre ÉPI pour une transmission aérienne.

Voir l’excellent article de Justin Morgenstern sur les aérosols, les gouttelettes et la propagation aérienne.

Transmission

Gouttelettes

COVID-19 est un nouveau coronavirus et on sait qu’il se propage par des gouttelettes (par exemple, en éternuant, en toussant) d’une personne à une autre.1-4 Le virus est transporté par des gouttelettes et atteint une personne par les muqueuses, comme les yeux, la bouche et les voies nasales.

Le CDC américain a publié des questions sur la propagation au-delà des gouttelettes.1 Voir les controverses sur le COVID-19 ci-dessous.

Contact

La transmission par des objets inanimés (fomite) est souvent négligée dans COVID-19. Lorsque des gouttelettes tombent sur une surface (comme les tables et les poignées de porte), quelqu’un touche ladite surface et touche ensuite ses muqueuses. 2 Il s’agit d’une transmission par contact indirect.

Par voie aérienne

Lorsque nous effectuons des interventions médicales générant des aérosols (IMGA) 1-4, nous créons des microgouttelettes qui peuvent pénétrer nos muqueuses si nous ne sommes pas protégés. C’est pourquoi il est recommandé de prendre des précautions aériennes dans ces situations.

Exemples de IMGA :

-Intubation
-Médicaments nébulisés
-RCR

Podcast de Resus Tonight

Si vous aimez les podcasts, Resus Tonight a passé en revue la documentation relative aux ÉPI et à la transmission.

Controverses sur la transmission de COVID-19

Suivez vos directives locales.

Et informez-vous avec des sources fiables.

Shiu et al. 6 soutiennent que, malgré la présence de virus en aérosol, on ignore si le virus qui s’est propagé dans l’air peut provoquer une infection et si les précautions aériennes seraient efficaces. Cette question a été examinée pour la grippe saisonnière et la grippe aviaire, le MERS et le VRS.

Bien que les directives des CDC des États-Unis, de l’OMS, du Canada et de l’ANZICS 1-4 indiquent qu’une infection par transmission aérienne peut se produire, les directives de l’OMS, du Canada et de l’ANZICS recommandent de prendre des précautions contre les gouttelettes, à moins qu’il n’y ait une aérosolisation potentielle ou réelle chez un patient pour qui la Covid-19 est suspectée ou confirmée. Les directives du CDC américain ont été mises à jour pour montrer qu’un masque chirurgical est une alternative appropriée lorsque les masques N95 ou des alternatives à celui-ci ne sont pas disponibles.

La lettre de Doremalen et al7 au rédacteur en chef a déclenché une frénésie médiatique lorsqu’ils ont découvert, dans leur laboratoire contrôlé, que lorsque COVID-19 est pulvérisé dans l’air à l’aide d’un aérosol, il peut rester dans l’air et sur des surfaces plus longtemps que prévu. Ces résultats doivent être pris avec précaution étant donné que la recherche a été effectuée dans un environnement contrôlé qui tente de reproduire la réalité.

Entre-temps, Ong et al8 ont constaté que des patients dans des chambres à pression négative chez qui la présence de COVID-19 avait été confirmée n’avaient pas de particules virales COVID-19 détectées dans l’air, mais que ces particules virales se trouvaient dans les conduits de ventilation. En outre, ils ont constaté que les particules virales se trouvaient sur des surfaces, telles que les interrupteurs, les toilettes ou encore les ridelles de lit.

Guo et al9 ont effectué des prélèvements sur des surfaces environnantes dans les unités de soins critiques et dans les unités de soins et ont constaté que le virus était largement répandu sur les sols, le matériel informatique, les poubelles, les rampes et dans l’air.

Que signifie tout cela ?

Adoptez une approche équilibrée lorsque vous pensez à la transmission du COVID-19. Reconnaissez que des données de bonne qualité sont rarement disponibles. Soyez sceptique par rapport à ce que vous lisez et entendez !

Références

  1. CDC. (2020). Indirect virus transmission in cluster of COVID-19 cases, Wenzhou, China, 2020. Emerging Infectious Diseases. https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/26/6/20-0412_article
  2. WHO. (2020). Infection prevention and control during health care when novel coronavirus (nCoV) infection is suspected. https://www.who.int/publications-detail/infection-prevention-and-control-during-health-care-when-novel-coronavirus-(ncov)-infection-is-suspected-20200125
  3. Government of Canada. (2020). Coronavirus disease (COVID-19): For health professionals. https://www.canada.ca/en/public-health/services/diseases/2019-novel-coronavirus-infection/health-professionals.html
  4. ANZICS. COVID-19 Guidelines. https://www.anzics.com.au/wp-content/uploads/2020/03/ANZICS-COVID-19-Guidelines-Version-1.pdf
  5. Pyankov et al. (2018). Survival of aerosolized coronavirus in the ambient air. Journal of Aerosol Science. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0021850217302239?via=ihub
  6. Shiu EYC, Leung NHL, Cowling BJ. Controversy around airborne versus droplet transmission of respiratory viruses: implication for infection prevention. Curr Opin Infect Dis. 2019;32(4):372–379. doi:10.1097/QCO.0000000000000563
  7. Doremalen et al. Aerosol and surface stability of SARS-CoV-2 as Compared with SARS-CoV1. New England Journal of Medicine. 2020. https://www.nejm.org/doi/pdf/10.1056/NEJMc2004973?articleTools=true
  8. Ong SWX, Tan YK, Chia PY, et al. Air, Surface Environmental, and Personal Protective Equipment Contamination by Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 (SARS-CoV-2) From a Symptomatic Patient. JAMA. Published online March 04, 2020. doi:10.1001/jama.2020.3227
  9. Guo Z-D, Wang Z-Y, Zhang S-F, Li X, Li L, Li C, et al. Aerosol and surface distribution of severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 in hospital wards, Wuhan, China, 2020. Emerg Infect Dis. 2020 Jul [date cited]. https://doi.org/10.3201/eid2607.200885

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *